ELLES FONT LA #MOSL

Hortense Schmitt, témoin de 1939

Hortense a 13 ans lorsqu’avec son père, sa mère, sa soeur, ses deux frères et son oncle, elle fuit la maison dans laquelle elle a grandi. On est en septembre 1939, la France déclare la guerre à l’Allemagne, et des milliers de Mosellans sont contraints de quitter leur foyer.

Âgée aujourd’hui de 93 ans et originaire de Petite- Rosselle, Hortense Schmitt garde un souvenir très clair de son évacuation. "À 13 ans, on ne réalise pas vraiment ce qui est en train de se passer. Je me rappelle que j’ai emporté mes bulletins de notes avec moi", raconte Hortense. La famille se réfugie dans le Pas-de-Calais. "Mon père était houilleur, il a été envoyé dans ce département pour travailler dans les mines de charbon".
Avec émotion, elle se souvient de l’accueil à bras ouverts des habitants du village de Harnes. "L’intégration dans les départements d’accueil n’a pas été facile pour tout le monde, mais ma famille et moi avons été des privilégiés. Nous nous sentions chez nous". 

Cette année passée dans le Pas-de-Calais fut fabuleuse. Quand je suis rentrée en Lorraine, j’ai souvent rêvé de l’église du village de Harnes, avec sa tour carrée.
Hortense Schmitt

 

La famille Schmitt est restée dans le Pas-de- Calais durant un an. "Nous sommes restés en contact par la suite avec les personnes qui nous ont recueillis et allions régulièrement leur rendre visite. Encore aujourd’hui, d’ailleurs. Nous avons gardé le lien avec les descendants. Quand on a été accueilli de cette manière, avec autant de coeur, ça ne s’oublie pas."

 

 

pixel vide

Version du 21 September 2020

Culture