CINÉMA & ÉCOLOGIE

Festival du Film de la Transition Écologique

Le Festival du Film de la Transition Ecologique change de format et se visionne sur une plateforme gratuite d’accès. Au programme, 12 films en compétition puis des sessions de débats.

Avec toujours plus de films de tous genres dédiés à la transition écologique et aux relations entre les sociétés humaines et la nature. Courts, longs, fictions, documentaires, et plus encore !
Une édition en ligne qui était à découvrir gratuitement sur la plateforme vidéo ImagoTV.fr, du 26 au 28 mars 2021. Chaque film a été suivi de débats auxquels ont participé des réalisatrices et réalisateurs français et étrangers ainsi que des “grands témoins” intervenant parfois de très loin comme le TOGO, la RDC, l’EQUATEUR ou l’ARGENTINE.
L’agriculture et l’agroécologie étaient les thématiques centrales de cette édition. 15 films ont été retenus, dont douze en compétition : trois courts métrages, quatre moyens métrages et cinq longs métrages. On note évidemment l’ouverture internationale du programme. Aux six films français, s’accompagnent des courts, moyens et long-métrages d’Allemagne, d’Espagne ou encore d’Afrique.

 

Le palmarès

 

4 prix ont été remis :

  •  le prix NOE-NOAH récompense le film “Citoyen Nobel” du réalisateur suisse Stéphane Goël
  •  le prix du public récompense le film “Empathie” du réalisateur espagnol Ed Antoja
  • l’Aquablier, prix du festival : “The Great Green Wall” du réalisateur australien Jared P. Scott
  • Un prix spécial “Coup de Coeur” du festival a récompensé les 2 courts métrages, hors compétition, du photographe français Florian Ledoux pour la beauté et la poésie de ses images.

 

 

La prochaine édition

 

Si un format d’une semaine n’aura pas eu lieu cette fois-ci, les organisateurs entendent bien se rattraper pour la 4e édition du 15 novembre 2021, si la situation sanitaire le permet. Les masterclass auprès d’étudiants français et étrangers reprendront, ainsi que les visionnages cinématographiques auprès de publics empêchés : prisonniers, personnes sans moyens suffisants…

 

Version du 29 mars 2021

Environnement Culture