NOUVELLES COMPÉTENCES

Pourquoi la Moselle revendique

Parce-qu'elle vit l'Europe au quotidien, parce qu'elle souhaite rester maître de son destin, parce qu'elle est un territoire pionnier de la coopération transfrontalière, la Moselle a très officiellement demandé le droit d'exercer de nouvelles compétences.

La Moselle, européenne par nature !

Avec près de 100 000 travailleurs frontaliers, quatre cinquièmes des frontières de la France avec le Luxembourg, deux tiers de ses frontières avec la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, notre département est viscéralement européen. Au carrefour des flux de circulation Nord/Sud et Est/Ouest, la Moselle est le pivot géographique de l'espace de coopération multilingue qu'est la Grande Région. Emploi, loisirs, tourisme, éducation...: la vie de nombreux Mosellans est rythmée par les relations avec nos voisins !

Ce caractère transfrontalier est une chance : le Luxembourg, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat affichent un PIB par habitant nettement supérieur à la moyenne européenne ; et le choc démographique anticipé dès 2023 sur le versant allemand laisse présager un grand nombre d'opportunités d'emploi. Mais cette situation géographique particulière présente aussi des risques, dont celui de voir la Moselle se transformer en un "territoire dortoir", qui verrait son développement freiné par l'attrait de ces "eldorados" tout proches.

La Moselle doit rester un département attractif

Certes, la Moselle est le seul département lorrain dont la population ne diminue pas. Mais il importe de ne pas laisser s'installer une dynamique négative. Le Département est pleinement conscient que son caractère transfrontalier implique une gestion différenciée de certaines problématiques. Rester un département attractif suppose une dynamique démographique, un marché de l'emploi stimulant, une fluidité pour se former, travailler, se déplacer, continuer à accueillir les consommateurs voisins... Pour retrouver des marges de maneouvre et faire en sorte que la Moselle reste maître de son destin, le Département revendique le droit d'exercer de nouvelles compétences tenant compte de sa singularité et de sa vocation transfrontalière.

La Moselle, pionnière de la coopération transfrontalière

A l'avant-garde des partenariats dépassant les frontières, que ce soit dans le cadre fécond de la Grande Région ou dans celui, tout aussi fructueux, de relations bilatérales, le Département de la Moselle est un pionnier de la coopération institutionnelle transfrontalière. Il collabore et innove avec ses voisins dans des domaines aussi variés que l'éducation, la mobilité, l'aménagement du territoire, le tourisme, etc.. Sa légitimité en la matière ne fait aucun doute : membre fondateur du Sommet des Exécutifs de la Grande Région, autorité partenaire de toutes les générations de programmes INTERREG, la Moselle est aussi à l'origine de la première structure transfrontalière pour la gestion d'un programme européen...

Forte de son expérience, la Moselle entend aujourd'hui amplifier sa vocation transfrontalière grâce à la reconnaissance de ses spécificités. C'est pourquoi, le 9 mai dernier, elle a officiellement revendiqué l'extension de ses moyens d'action en vertu du principe de différenciation, soit le droit à exercer de nouvelles compétences. Elle a aussi demandé à être identifiée comme "L'Eurodépartement" français, tout en conservant son statut de Département au sein de la Région Grand-Est.

 

La Grande Région réunit la Lorraine, le Grand-Duché de Luxembourg, la Sarre et la Rhénanie-Palatinat en Allemagne ainsi que la Communauté Germanophone de Belgique et la Wallonie en Belgique.

Version du 15 mai 2019

Transfrontalier